> Critiques > Autoproduits



Florian Tanant alias Ozer (les origines tibétaines du jeune homme) a le physique de Ben Lee, ce fantastique auteur compositeur australien, découvert avec son groupe adolescent noise addict, entré dans la lumière par un single rendant un hommage naïf et touchant au chanteur des lemonheads. Florian avec ses 18 printemps au compteur, n’est plus ce que l’on appel un adolescent, mais cela ne l’empêche pas sur Musicbox, dernier titre de cette démo, de rendre un hommage à ses influences, naïvement et de façon touchante également, réussissant l’exploit de construire une chanson en collant des titres d’albums longtemps écoutés dans le calme de sa chambre. Car le Ozer, est calme, une vraie bénédiction même dans cette période d’NRV. On pense à l’écoute de cette démo (brute de décoffrage) que le jeune homme a beaucoup écouté Ed harcourt ces derniers temps, tout en s’en étant détaché. Musicbox derrières certaines faiblesses (textes en anglais, mix pas toujours bienheureux notamment sur le très beau she just wanted to dance qui ouvre la démo) laisse entrevoir une réelle maîtrise de la composition. Endless summer avec un peut de maquillage ferait pas tache sur le camofleur de Gastr del sol, alors que famous mériterait de s’écouter dans un piano bar enfumé, une jolie fille sur le côté, laissant onduler ses formes sur ce rythme enjoué. Un joli miracle, réédité voir surclassé par un perfect blue, plus Ben lee que l’original. Démo jusqu’au bout, il nous présente deux débuts de travaux. Emma’s lips exquise petite ouverture au piano, tout comme the barfly song décadente. L’hommage refermera donc cette démo qui par le biais de moyens nouveaux pourrait faire qu ’un jour peut être, à son image, ou à cette de Ben Lee, un adolescent à la fêlure créatrice, entame un hymne naïf….et touchant en son hommage. Ozez Ozer, coup de coeur de ce mois de novembre.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.