> Critiques > Autoproduits



Projet post rock, l’objet gagne à maîtriser sa fin pour justifier de ne plus être moyen. Je m’explique. Le début remarquable de ce EP fait une ombre sévère à la fin de celui-ci. Alors que sur une scène la tête d’affiche suit souvent un faire valoir, parfois une découverte entraînant la jalousie, L’objet a mis en tête sa guitare parlante, instrument parlant comme on imagine parfois un animal de compagnie nous répondre. En deux morceaux (mais aussi sur le superbe echanges) le groupe se forge un caractère que la suite peinera à polir encore. Certainement auditeur de Sonic Youth ou de Tortoise, l’objet connaît aussi la littérature de la six cordes, sa sémantique mais aussi son mauvais caractère. On attendra juste les effets d’une certaine éducation. A suivre.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.