> Critiques > Labelisés


  • 3 mars 2008 /
    Lou Barlow
    “emoh”

    rédigé par gdo
      notez cet album


Je ne sais plus qui chantait ça s’en va et ça revient (une pub EDF je crois) mais c’était prémonitoire pour l’indie pop des années 90, qui fait un retour inespéré pour certains (le wedding present) craints pour s’autre (les pixies). Pour Lou Barlow nous avions aussi fait une croix, que ce soit sur Sebadoh, Folk Implosion ou Sentridoh. Un lobicore passé inaperçu (sauf sur ADA) et rien de ce songwriter hors pair, trop vite enfermé dans ses préceptes de la lo-fi. Emoh (home à l’envers) est un retour aux sources sans plus de moyens qu’avant, juste peut-être avec la volonté de se faire entendre (le tendrement bruitiste HOME). Emoh abouti a ce que jamais Lou n’avait pu mettre en application une fusion de ses aspirations jusqu’à présent perdues au milieu de celles des autres. Maître à bord, et maître de ses pulsions de destructions, Lou Barlow dirige son talent vers un endroit digne de ce nom. Depuis Bakesale on avait peut-être pas autant aimé un disque de Lou, sans misérabilisme, avec humour et même optimisme et joie (caterpillar girl), Lou Barlow est de retour pour un rafraîchissement come-back de la plume la plus prolifique avec Will Oldham de ce bon vieux réseau indépendant. Tiens je suis heureux aujourd’hui !




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.