> Critiques > Labelisés


  • 8 mars 2008 /
    Why
    “Alopecia”

    rédigé par Jim
      notez cet album


Imprévisible et brassant moult courants, le parcours artistique de Why ne ressemble ni plus ni moins qu’à un album de cLOUDDEAD, le premier cocon de Yoni Wolf. Tête pensante de la structure américaine Anticon aux côtés de Jel, Pedestrian, Sole et Odd Nosdam, Yoni Wolf (alias Why) s’est d’abord signalé en adoptant une posture novatrice et résolument expérimentale, contribuant à oxygéner le hip-hop et à bouleverser les codes rigides de ce style, que ce soit en solo (Oaklandasulazylum, 2003) ou dans le cadre de projets plus ou moins durables (cLOUDDEAD mais aussi l’impeccable Hymie’s Basement en collaboration avec son pote Andrew Broder). Pourtant, ce n’est qu’avec Elephant Eyelash (2005), véritable manifeste de pop moderne, que Why a eu droit aux éloges de la sphère médiatique. Sur Alopecia, Why semble avoir refermé la parenthèse pop puisque seul Fatalist Palmistry (qui est au passage le titre le plus mauvais enregistré par Anticon) et son refrain risible suivent la voie tracée par Elephant Eyelash. De fait, on ne s’étonnera pas de voir une frange du public dépourvue de repères délaisser cet album. Dommage, car Alopecia prend de l’ampleur au fil des écoutes. Yoni Wolf, entouré de ses fidèles comparses et de membres de Fog (dont Andrew Broder) a opté cette fois pour des tempos lents (The Wowels, Simeon’s Dilemma) et des ambiances sombres assez proches des dernières productions d’Odd Nosdam, auxquelles Why participe régulièrement (Good Friday). Le flegme et le ton nasillard de l’ex cLOUDDEAD restent intacts, mais les textes sont plutôt empreints de résignation et de désespoir. Ce changement d’humeur se traduit également par des rythmes plus agressifs portés par une basse lourde qui n’est pas sans rappeler l’efficacité des premiers Pinback (The Hollows, By Torpedo or Crohn’s). On ne parlera pas de mutation (contrairement au dernier album de Fog), on soulignera simplement que Alpecia, moins immédiat mais autant essentiel que Elephant Eyelash, révèle le côté ombrageux de Why et, présence d’Andrew Broder aidant, s’inscrit dans un registre semblable à celui d’Hymie’s Basement..




 autres albums


 interviews


 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.