> Critiques > Labelisés



Par ce que je jugeais à l’époque comme une manifestation d’un snobisme générationnel, mes supérieurs en âge et non en technique du passement de jambes, "sentencaient" sur le fait que ce que la maturité musicale en matière d’écoute n’est réelle que quand on laisse définitivement la pop pour le jazz. Par un malin plaisir de ne pas faire comme les autres et surtout comme on me dit (my space in my ass) le passage au jazz n’est jamais arrivé, même plus, le désir ne se manifeste pas. L’univers de 12 Twelve pourrait réparer cette révolution contre l’ordre établi de mes aïeuls via son post jazz qui file un bon coup de pied dans la mathématique parfaite mais parfois au résultat uniforme de Tortoise. Symboliquement 12 Twelve s’élève au-dessus de la mêlée juste pour voir les mauvais coups et les morsures perverses, mais ne rentre pas dans le jeux. On reste alors hermétique aux appels du pied, mais apprécions cette petite tape sur le dos qui m’invite à ne pas passer le cap trop tard. L’horloge n’est pas tout a fait prête à cela, mais l’univers me fait attendre.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.