> Critiques > Labelisés



Un disque, un groupe dont on ne peu se séparer. Une musique indéfinissable parfois angoissante mais toujours touchante. Hood joue avec nos émotions comme les vieux jouent au bridge ! Cold house 6ème album de Hood. Groupe basé a Leeds dans le Yorkshire région campagnarde première source d’inspiration du groupe. En effet la patrie des soeurs Bronte, est d’une beauté désespérante comme la musique de Hood. Après deux disques fabuleux en la personne de rustic houses forlon valley et the cycle of seasons où Hood a touché la grâce où le post rock campagnard des freres Adams a atteint son apogée, Cold House joue les trouble fêtes. Album plus électronique, et surtout marqué par les phrasés des ars de clouddead, ce disque se veut plus angoissant tout en restant très mélancolique. Un peu comme si the third eye foundation avait viré à l’acoustique. Bref un album intense dont on en peut se séparer, un Lines low to frozen ground où le groupe revient dans les sillons qu’il avait tracé plus tôt. Plus qu’un disque pour moi cold house est l’aboutissement d’un groupe qui depuis des années cherche a faire de la musique pour faire pleurer les gens pour montrer que la beauté n’est pas joyeuse mais mélancolique et comme dirait l’autre ce sont des disques qu’on aimerait partager mais qu’on écoutera forcément tout seul. En vous remerciant.