> Critiques > Labelisés



Le retour de Kristin Hersh s’annonçait sympa : une entrée en matière réussie, deux titres d’introduction plutôt jolis, on retrouve avec joie le timbre de la semi-throwing muses pour son cinquième album solo. Eh puis...non. Ce disque n’arrive au final à rien, si ce n’est mettre une grosse tâche dans la carrière discographique de sa créatrice. Très fatiguant dans la longueur, the grotto n’offre aucune pépite qui, comme "the letter", sublimaient de leur grâce et de leur fragilité les albums précédents. Kristin enchaîne donc ses petites histoires en acoustique sans passionner, ne laissant aucun temps à la respiration. Même le violoncelle qui apparaît sur le dernier morceau n’y fait rien : la seule chose que puisse provoquer ce regrettable album est le sommeil. Désolé, mais cette fois, franchement, on n’adhère pas.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.