> Critiques > Labellisés



Non content d’être l’auteur en compagnie de Le SuperHomard d’un des meilleurs disques de l’année, Maxwell Farrington décide de clôturer ce chapitre 2021 avec un album solo. OVNI pour certains, sorte de Jeff Koons dans les jardins de Versailles, ou Divine Comedy repris dans un cabaret transformiste d’un faubourg parisien dédiée à la décadence. Citoyen du monde, Maxwell Farrington garde en lui une forme de décalage so british (il faut être bien décalé pour signer un titre comme « Shadow » au milieu d’un tel disque.), ce qui est normal pour un Australien !!

À la moitié de cette chronique, oui toi le lecteur qui est là sur mon épaule, et en train de me dire que je raconte n’importe quoi pour faire mon intéressant, mais déjà, ce serait mal me connaître, mais surtout, ce serait ne pas savoir que la musique a parfois des effets étranges. Et cet album, cette écriture n’est pas étrangère à ce mélange qui nous plonge dans une possible comédie orchestrée par Blake Edwards, faisant se percuter la géométrie maladive de Tati avec les incongruités d’un Flying Circus jamais avare de mettre une moustache à la Joconde (Patrick Coutin, renvoyé dans les cordes par ce « J’aime les Filles » plus en phase avec notre vision des choses). Maxwell la moustache, il la porte, et le sens aigue de la cascade tranquille aussi, de l’amour du risque. Capable de tout même d’oser imaginer que One Foot in The Grave aurait pu prendre sa source dans une banlieue londonienne aux jardins verts et minuscules (If It Were Paper). Dépourvu d’une boussole (son unique repère étant la mélodie) il va où bon lui semble, avec une décontraction étonnante et déboussolante (« Homme Terrestre » ou l’apogée d’une certaine idée de l’écriture) pour nous qui ne jurons que pour notre quatre points cardinaux. Jouant avec plusieurs jeux de poupées gigognes, Maxwell Farrington tente des associations comme un bienfaiteur qui ne penserait qu’à une chose, nous distraire et nous divertir avec classe et talent. La classe américaine, australienne, française......enfin la classe....avec un nez rouge. Épatant.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.