> Critiques > Labelisés



Après un split album avec les hollandais de WE vs.death, les belges de Some tweetlove nous offrent ce bel album. Celui-ci comporte six plages instrumentales et outre sa grande qualité musicale, propose une superbe pochette cartonnée collée à la main et joliment illustrée par Melle Aurélie William Levaux (des fanzines BD Détruitu et Mycose). Mais revenons à la zik de ces orfèvres post-rock. Leur six compos apaisantes et apaisées illustrent parfaitement le titre de ce bel objet, tant la mélancolie qu’ils exhalent est poignante et prenante, et en arriverait à gagner chaque auditeur potentiel. Les ambiances hypnotiques tissées par le groupe sont d’une beauté à couper le souffle et, malgré le spleen ambiant, dégagent également une grande sérénité. Le groupe à l’art, en partant d’une trame somme toute assez minimaliste et dépouillée, de bâtir des édifices sonores riches et intenses et qui, au contraire de nombreux groupes de la même mouvance, sont quasi-immédiats et n’exigent pas un effort d’écoute poussé et éprouvant. Les instruments s’imbriquent de façon naturelle et le résultat donne la nette impression que les liègeois/bruxellois, forts de 5 années d’existence et d’environ 60 concerts, sont d’ores et déjà arrivés à maturité. On pense à plusieurs références post-rock sans toutefois en venir à se dire que l’une d’entre elles a plus précisément influencé Some tweetlove, et leurs morceaux sont au final très perso et tous très accrocheurs, voire addictifs. En tout cas, de ceux que l’on se passe et se repasse sans pouvoir décrocher car leur principale qualité, tout compte fait, c’est qu’ils nous rendent heureux, ce qui parait paradoxal au vu de l’ambiance générale mais est bien réel. Et les quarante minutes que dure cet album sont un véritable enchantement et forment un ensemble d’une cohérence étonnante. Aucun titre ne peut vraiment être distingué de ce bel ensemble même si pour ma part, j’avoue un faible pour la douce saturation de " L’homme fier ". De surcroît, ils se distinguent également par l’originalité des titres choisis : " Jean-Paul III ", " La nostalgie des hauts fourneaux ", etc…ce qui parait n’être qu’un détail mais constitue un autre bon point pour les six compères. Pour conclure, un bien bel album à tous points de vue…à découvrir absolument .




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.