> Critiques > Autoproduits


  • 2 juin 2019 /
    L’Argousier
    “Le Vent Sous Ses Pieds” (Site)

    rédigé par gdo
    4 votes
      (9/10 - 4 votes) notez cet album


Dialoguer. Ce parler. Communiquer pour aboutir à une conversation, en voilà un défi permanent et de plus en plus difficile à réussir en cette période pendant laquelle la communication n’est qu’un artifice pour pouvoir exister dans les yeux des autres, dans les likes des autres. En musique la communication est souvent biaisée, comme une scène de théâtre où tout est écrit, et où souvent un des rôles prend la lumière pendant que les autres habillent le décor de leur corps mouvant.

Instaurer un dialogue, rebondir sur la proposition de l’autre tout en maintenant un cap c’est la prouesse de l’Argousier. L’argousier c’est un duo, Sophie et Lulu. Sophie Sand et Lulu Vandenbroucke que nous avions déjà croisé sur ADA via Saso. L’Argousier est un arbre dont les fruits purgent la fatigue, donnent du tonus.

Le duo l’argousier est à l’image du fruit, c’est une bombe de vitalité, une substance sonore que l’on prendrait quand il fait bon se remonter le moral (l’écoute de Zou !#2 en est la preuve L’hypnotique Zou !#2, morceau qui envoie tout valser, plongeant un basse qui sortirait des malles du Sugar de Bob Mould pour finir dans un morceau que les Breeders auraient composé sur un bateau confronté à une mer qui ne se donne pas au premier venu. Zou !#2 est à la fois un titre sensuel et une bombe physique sur laquelle nous aurons tout loisir de nous abandonner sans mantra). Certes avec « La Trouille » rien n’est figuratif et la sueur pourrait bien amorcer la constitution d’un ruisseau sur votre nuque. Oui « Die Die Die » est une chanson qui pourrait reléguer la marche funèbre au rang d’amical morceau de fin de banquet. Mais « Die Die Die » ne s’écoute pas pour autant avec le spectre de la séparation au-dessus de notre tête, car Lulu et Sophie y instaure un dialogue à la vitalité certes mordante, mais au combien attirante, nous attrapant par la peau, sans nous pincer, juste en soufflant sur un épiderme complètement tourneboulé par autant de suggestions.

Poétique à souhait ‘(« Le Long du Rivage » est un petit précis d’écriture qui pourrait donner de belle suée à l’ensemble des poètes auto proclamés de la blogosphère) « Le Vent sous Ses Pieds » est une proposition épatante de dialogue entre deux musiciennes qui font Zou ou Lalala, mais qui offrent avant tout l’une des plus belles propositions musicales, celle de Sophie et Lulu qui écrivent pour notre plus grand bonheur une passerelle splendide pour que nous nous parlions. L’art du dialogue. Époustouflant.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.