> Critiques > Autoproduits



D’un côté, il y a le Rap/RNB autotuné formaté Skyrock de PNL, Maître Gims et autres Vegedream. De l’autre, le renouveau du hip-hop blanc et froid de Sealford Mods, dont la vague française représentée par Bruit Noir pourrait puiser ses sources dans le slam sans concession de Michniak. Et au milieu, nos Beastie Boys Bretons : les Man Foo Tits.

Avec leur Franglais parfait, leurs instrus rétro impeccables et leur jeu de scène à faire pâlir de jalousie n’importe quel Shaka Ponk, ils apportent un vent de fraicheur et de légèreté à une scène qui commençait à sentir le Chanel, le mauvais shit et/ou les anxiolytiques.

Un vent de fraicheur, que dis-je ? À grand coups de clacos AOC, les Man Foo Tits shootent dans la fourmilière avec une nonchalance évidente, cassent les repères, mélangent les pistes et brouillent les styles. Avec leur "Hip Cheesy Punky Hop" et à l’instar du trio new-Yorkais susnommé, le duo finistérien booste son rap tendance late 90’s en y injectant une bonne rasade d’énergie punk, car c’est bien là que le duo plonge ses racines.

En effet, Prine J et Lord Wimpy, ainsi que Master Trap qui supervise les opérations, ont tous les trois fait leurs armes au sein d’un combo rock Morlaisien qui a maintes fois eu les honneurs de notre webzine et de ses compilations. Mais Man Foo Tits n’a nul besoin d’usurper une réputation qui n’est finalement pas la sienne. Man Foo Tits se suffit amplement à lui-même. Il suffit pour en avoir le cœur net de jeter un œil et une oreille au clip de leur tube "Bouffeur de Cheese".

Avec ces 5 titres, Man Foo Tits a posé les bases et défini son style. Maintenant on attend l’album avec impatience.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.