> Critiques > Labelisés



Même si le mot ne devrait à mon sens jamais être collé à la musique pop, je dois bien vous dire que l’album de The Big Moon est super efficace, dans ce que le mot à de plus bienveillant. Efficace, car accrocheur dés la première écoute, sans pour autant livrer totalement ses subtilités. Efficace car porteur de pas mal de tubes potentiels. Les quatre filles ressuscitent les fantômes de Hole, le tout sans la vulgarité latente de Courtney, et avec une aptitude à faire rentrer la pop princière dans un mur de son.

Disque emballant dés sa première écoute, il pouvait nous faire craindre la lassitude. Mais rien n’y fait, car les chansons de The Big Moon sont de bonnes chansons, avec une vraie érudition dans le domaine des effets, des gimmicks, des clés pour faire d’un morceau lambda, une bombe pour collège radio (le mythe perdurera tant que les quadras que nous sommes seront encore en vie) pour jouer sur différents tableaux, même celui de l’émotion la plus prenante.

Si « Love In the 4th Dimension » n’est pas un grand disque, il a en lui l’assurance d’être réécouté des années encore avec un plaisir certain, comme il nous arrive de ressortir nos disques de Sleeper, de Supergrass de Ash ou autre Compulsion. Le plaisir intact, la nostalgie certes aux commandes, mais le plaisir en pilote. Plaisir jamais coupable.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.