> Critiques > Labelisés



La dernière fois que j’ai eu affaire avec un disque dans lequel officiait Mike Patton c’était le calamiteux disque de fantomas. Alors au moment d’écouter Eyvind Kang, j’avais une petite appréhension. Pourtant ce disque est une petite merveille, un de ces disques qui vous transportent ailleurs. Un disque tout en douceur, avec énormément de cordes, avec la voix de Patton en fond, comme s’il chantait au fond d’une pièce vide. Une musique presque joyeuse, à mille lieux de ce qu’on a l’habitude d’entendre chez Ipecac. Des influences parfois orientales, japonisantes, pour au final un disque hors normes, hors mode et absolument génial. Parfois proche de l’ambiant, du post rock, des humeurs d’un stars of the lid, on passe par tellement de choses qu’il est impossible de tout saisir des la première écoute. A the rachel’s ils ont pris la beauté mélancolique et baroque, qui accompagne les premiers morceaux de ce disque, qui vous emmène vers ces endroits merveilleux, dont vous rêvez secrètement, ces endroits dans lesquels vous rêvez d’être seul avec cette musique. Une musique qui impose le respect, la quiétude et une certaine accoutumance, qui peut vous faire oublier bien des choses. En vous remerciant.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.