> Critiques > Labelisés



C’est avec le titre d’ouverture de cet album que s’ouvre le volume 21 des compilations ADA. Il ne pouvait en être autrement « Dividing Goblins » est à l’électro rock ce que France Brésil 1986 est au football, un monument. Toutes les références de la musique s’y croisent en un titre, Tortoise passant la balle à Jim O’Rourke, tentant une transversale à Gang Of Four, une tête de Père Ubu et lucarne. La métaphore footballistique n’est pas innocente, le groupe finissant son disque par un « West Germany 1974 – South Africa 2010 » comme un livre d’histoire de la nouvelle coupe du monde, celle qui remplaça la beauté gagnée par les brésiliens pour la troisième fois en 1970, mais je m’égare on parle musique ici.

Au bout de 3’39’’ on sait que Dilatazione va nous donner une claque, comme seul Messi peut nous en donner actuellement entre deux matchs de ligue 1. Mais attention ce disque n’est pas un panégyrique du football, bien au contraire. « Bettino Krauti » par exemple transfigure le discours politique, donnant aux mots une force nouvelle, pouvant faire passer les pets de Mélenchon pour une vraie aide à une autre politique. Du Krautrock d’un côté, Daft Punk comme essoré sur un « Don’t Make That Joint », « Exit Music (for a western) » comme un hommage à Radiohead chez Ennio Morricone, à moins que ce soit le contraire, à moins que non, à moins que le groupe nous ai complément transporté dans un monde parallèle, passant de la comédie italienne des années 70, à un visage de Bernard Blier dans un champs de coquelicots….ouf.

L’effet que peut provoquer sur vous « Exit Poll – Marx On Mars » n’est pas de ceux dont on se remet en retombant dans les travers simpliste de l’écoute d’un album de coldplay. Plus rien ne sera comme avant après l’écoute de ce morceau, j’ai plaqué l’intégrale de Nanni Moretti contre ma poitrine, j’ai tourné comme un cheval fou dans un manège, et j’ai réclamé pour la première fois de ma vie que l’on me douche tout habillé, la fièvre était en moi.

D’une puissance sonore incroyable dans l’ensemble des (nombreux) registres abordés, Dilatazone peut également se targuer de donner de l’envie, du plaisir, et un imperceptible désir de faire la révolution…l’histoire est en marche




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.