> Critiques > Labelisés



Ne vous plongez pas dans les poèmes d’arthur pour écouter Lush. Ne traversez pas l’Atlantique pour lui serrer une pogne, certainement virile, prenait l’autoroute vers Ancone, à moins que la SNCF ne soit pas en grève. Ne faites pas une enquête avec une équipe de télévision afin de savoir si un groupuscule à tendance sectaire se cache derrière ce groupe aux visions apocalyptiques. Par contre vous pouvez, le temps de ce disque vous projeter en tant que citoyen italien, et donc vous imaginez sous le férule du magnanime et bigrement détestable pantin président du club en rouge noir, mais aux idées aussi moisies qu’un fruit chez Amélie Nothomb. Imaginez qu’en plus d’être citoyen vous soyez musicien, et plus élevé par ce qui a pu animé les sous sol de la musique, que par les chanteurs italiens des années 80/90, qui donnaient des raisons aux fournisseurs de culottes, de les pourvoir d’un réceptacle pour humidification non maitrisée. Lush Rimbaud serait plus, si une révolution venait à se faire jour, du côté des barricades au côté par exemple du philosophe anarchiste Errico Malatesta. De ce pays qui nous offre depuis quelques mois un math rock latin, un post rock épicé, d’un rock à la tension impossible à mesurer, c’est dorénavant un petit frère de Suicide, un cousin du punk rock, que nous avons à faire. Plus crédible dans ses aigreurs sortantes, que n’importe quel leader d’extrême gauche qui mange ses petits fours en attendant que la caméra s’allume sur son rouge trou de balle, Lush Rimbaud accompagne celles ci, d’un sens aigue du maniement de l’arbalète, une dextérité dans celui de la pédale d’accélérateur, une facilé dans le démontage d’un système à grand coup de chanson-slogan. Certainement moins bien elevé que les chanteurs politiciens qui font des concerts en stade, comme on est en campagne, Lush Rimbaud aurait plus tendance à ouvrir la scène, la grandir pour laisser le peuple crier. Pour le moment celui ci semblait bâillonné, c’est aussi pour cela que Lush Rimbaud crie aussi fort.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.