> Critiques > Labelisés



La première rencontre avec Adrugan s’était faite par le biais d’un live. Notre jugement pouvait être pollué par les réactions d’un public que l’on pouvait soupçonner d’être partisan, voir amical. Pour son premier disque studio, le duo composé de Pierre-Marie Sangouard et de Laurent Boile, s’est isolé, a fermé les portes pour ajuster des chansons folks, habillées comme des chansons pop. Divisé volontairement ou involontairement en deux parties, Gémini est un disque docteur Jekyll et Mr Hyde. Une première facette étonnante de maitrise et de beauté, qui ne cache pas ses influences, mais qui les maitrisent, donnant à l’auditeur l’impression de se voir transporter sur des chansons aux émotions habillés pour sortir, léchées, et pleine d’émotion (Waiting & Hoping / Fairy Tale). Celle ci est en anglais et elle précède une deuxième facette moins convaincante en Français. Là deux questions se posent, est ce les textes audibles pour un bilinguiste sommaire qui font la différence, ou est ce le mariage quasi impossible de la musique folk solaire qui passe moins bien, comme si les chansons d’Arman Mélies avaient asséché la source. Alors quand je vous aurais dit que la seconde facette ne représente qu’un titre, que des cuivres pouvaient vous hérisser le poil sur la fin (« Too Hard » titre imbuvable par moment), vous comprendrez que « Gémini » n’a pas été envoyé en rotation autour de la terre, d’un lancé de bras puissant, mais qu’il convient parfaitement au jugement du chroniqueur impartial que je suis.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.