> Critiques > Labelisés



De sa carrière de thérapeute, William a conservé cette patience de l’écoute, du malade et de son corps. Cette patience, il l’a retranscrite dans sa musique. C’est via la musique folk qui portera ces chansons écrites, et que cette science de l’écoute se transformera en lumière, aboutissant à des chansons à la clarté de façade, qui ne sont pas sans nous rappeler certaines grandes heures de cette musique, Simon & Garfunkel en tête. Barbue de son état, comme un signe extérieur de cette sagesse murement acquise, William caresse nos douleurs sans les gommer, ne se prétendant pas être un apprenti sorcier, juste un docteur en mélancolie qui irait au final aussi mal que ses patients, mais qui saurait se soigner lui même, par des notes. Si le traitement pourra paraître monotone sur la longueur, il est impeccable pour les soirées d’hiver, quand l’humidité commencera à jouer sur les égouts de nos cerveaux, et que la cheminée fera crépitée des buches, elles aussi docteur de nos maux, mais des docteurs éphémères, William lui est l’archétype du sage en devenir. Une saine thérapie.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.