> Critiques > Labelisés



Je veux bien mettre mon billet, « Tchernovsky » sera bientôt l’illustration sonore d’un générique télé, ou d’une publicité, mais il est fort à parier que ce mélange détonant entre rock et électronique ne devrait rester longtemps dans l’obscurité des salles de concerts. Ces salles qui elles ne devraient pas rester longtemps sans les murs lézardés par ce déluge d’électricité et d’électronique, ne laissant de marbre que les édifices froids. La recette est pourtant simple, une guitare abrasive mais marsupilamienne, une rythmique qui change de braqué comme une joueur de foot change de club, et un habillage aussi piquant que l’arriére d’une veste en jean d’un punk qui aurait oublié d’attacher ses bages no future. Touchant à tout, même au hard rock pour les guitares du punchy « La Motta », le duo électrise à la manière des chemical brothers, sauf qu’ici l’organique est de mise. Les doigts dans la prise.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales