> Critiques > Labelisés



Qu’il est appréciable parfois de passer après tout le monde, tout est dit et vous pouvez vous laisser aller sans incidence, alors qu’en étant vous le premier vous essuyez les plâtres prenant le risque de passer pour la tanche de service en vous plantant dans le jugement de façon hâtive et coupable. Certes vous allez me dire, mais c’est faire grand cas par le fait du jugement critique, de son pouvoir sur la longévité d’un groupe. Prenez donc les Black Kids puisque c’est de eux que je parle. Croyez vous que les mots sont des éclaireurs crédibles d’une musique qui donne au corps et aux pulsions sa source de vitamine nécessaire. Croyez vous que la phrase flingueuse d’un lampiste acariâtre puisse mettre en péril une combinaison de morceau qui pourrait juste faire le malheur d’un type en fin de vie qui en écoutant « partie traumatic » se dirait que putain, rien que pour ce gêne de moment la vie est fait pour durer. Employant des basses joueuses, des claviers qui ne renieraient pas leur âge dans un salon de ravalement de façade, les Black Kids sont des gamins joueurs, de véritables petites pestes adorables qui vous colorent la vie en racontant des histoires tordues et sans suite. Impossible sera votre mission de résister à « I’m Making Eyes At You » sauf bien évidemment si pour vous la vie décide de vous jouer le mauvais tour de vous empêcher de porter des antennes et des Oreilles rigolotes sur la tête. The party.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.