> Critiques > Labelisés



Bonne nouvelle, The New Year est de retour, reniant au passage le titre explicite du dernier album sorti quatre ans plus tôt (The End Is Near). Pour ceux qui n’ont encore rien compris, The New Year est l’actuel projet des frères Kadane qui furent à l’origine du groupe Bedhead ainsi que les dernières réjouissances d’un mouvement morose nommé slowcore dans les 90’s. Rien n’a vraiment changé depuis, les mélodies déprimantes ont survécu au changement de patronyme et la discrétion du groupe est resté intacte, en témoigne l’aspect profondément laconique de cette nouvelle galette, qui d’ailleurs ne porte pas de nom. Aussi bref que ces prédécesseurs, ce troisième album lorgne un peu plus vers la sphère neurasthénique en faisant du piano la principale clef de voute de ses dérives dangereuses (MMV, Body and Soul). Sans véritable titre phare (pas de Gasoline ici), The New Year met du temps à s’apprivoiser même si on ne sort jamais complètement des sentiers battus (The Door Opens, The Idea Of You). Composées sans fioriture et avec un usage minimaliste des guitares, ces mélodies a priori sommaires ne se dévoilent qu’au fil des écoutes, ce qui contribue à perpétuer le paradoxe The New Year. Sans être le meilleur disque de The New Year à ce jour (Y’en aurait-il un ?), ce troisième opus vient si besoin en est souligner la régularité et la qualité des travaux signés Kadane.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.