> Critiques > Labelisés



Si la pochette n’est pas sans nous rappeler certaines pochettes miraculeuses de Joy Division ou de Piano Magic, ce n’est certainement pas un hasard, car « the others turn to shadow » a à la fois une martialité et une gravité qui en rappelle un et un mélange de laborantin qui rappele l’autre. L’ombre de Kevin Shields traverse « maldjusted lines » comme on traverse un par prise lors d’un choc frontal, avec force, perte et fracas. Disque anachronique, ce premier effort des mechanism for people transperce une frise chronologique comme une comète, emportant dans son sillage les poussières souvent noires que l’air laisse flotter pour ne pas trop alourdir le fardeau de l’homme. Jouant sur les textures et les sonorités, le groupe fruit des cendres de horses eat sugar, joue aussi des mots et des sentiments signant un hymne noir et tranchant (« sweet life, drowned boys ») qui donne à la pause dandy d’Interpol une légère odeur de salpêtre. Né du constat de la pauvreté de nos vies, MFP déconstruit les répétitions pour en faire des éléments perdus dans des repères inexistants ; les guitares peuvent en témoigner, elles qui laisseront les reines à une électro qui fera la part belle au combat. Méfiez vous du choc.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.