> Critiques > Labelisés



Après the fuck is Eddy Crampes revoici Eddy Crampes en live grâce au label aimanté à tant rêver du roi ". Enregistré au Localypto de Byzanos devant une assistance que l’on imagine intimiste, ce concert nous offre un Eddy Crampes à l’os, avec sa guitare, ses clochettes et son ukulélé, seul s’il on excepte sur the girls in Paris de Lee Hazlewood. Composé de quatre reprises, une magnifique de my bed is my wife de michel michel, une décomplexée donc de Lee Hazlewood, une autre vibrante du Cathy Cline de Daniel Johnston pendant laquelle Eddy Crampes se met à vif et enfin une plus anecdotique des Beatles a day in the life. Mais le piment de ce live sera mis avant tout par les compositions d’Eddy, notamment sad eyes girl, véritable hymne folk qui laisse à sourire et à pleurer dans la même seconde. On y découvre un Eddy Crampes faussement rieur, répondant à merveille à cette expression d’en rire plutôt que dans pleurer, car si la couverture est colorée, l’intérieur est dévoré par des fantômes. Eddy crampes en concert, un disque aimanté.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.