> Critiques > Labelisés



Your tv’s not a friend s’ouvre comme un album de Deus, un mur de guitare, une cascade mélodique et une tension qui pourrait voir n’importe qui exploser comme sous l’effet d’un remplissage syphilitique. Nom de groupe tiré d’une œuvre de Bilal, Bunker palace hotel fait la guerre pendant trois morceaux, se pacifie le temps du pop hail your new masters pour enfin nous quitter sur un morceau qui laisse un goût acre dans la gorge, semblant se tromper de direction. Groupe de guitare, bunker palace hotel ne loue pas de chambre pour le repos, mais plutôt des espaces pour se décoincer les oreilles et les jambes sans tomber dans la médiocrité de la facilité, celle de la boite à images. N’oublier pas d’éteindre votre téléviseur et montez le son.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.