> Critiques > Labelisés



Jaz Coleman, ce grand mec à la dégaine de gitan illuminé, est à la fois un dingue et un pur génie, tant humainement qu’au niveau musical où il foisonne de projets divers et tous aussi captivants les uns que les autres. Pour ce nouveau Killing Joke, il a emmené son groupe enregistrer dans des endroits du globe soir marqués par la guerre, soit par des perturbations historiques graves. Et l’essentiel de l’album a été enregistré dans des caves à Prague. C’est ce qui explique ce côté tribal bien marqué et ce son obscur, à la fois distinct et souterrain. Et aussi le génie qui caractérise cet album. On a l’impression que Killing Joke fait ici la synthèse de tout ce qu’il a abordé depuis ses débuts, en y ajoutant d’autres éléments tels que le classique, grande passion de Jaz, sur " Invocation ". Si on entre en territoire connu avec " This tribal antidote " introduit par la voix gueulée de Coleman et basée sur un riff terrible de Geordie, compact et puissant, le deuxième titre, " Hosannas from the basements of hell ", hausse le tempo et les grattes défouraillent à nouveau. Un titre façon Ministry (même si Jaz prétend à juste titre que Al Jourgensen doit tout à Killing Joke, ce qui est surement en grande partie vrai), speed et marqué à mi-chemin par la mélodie qui se dégage de la voix.. On retrouve cette tendance sur " Implosion " mené par des drums trépidants et Geordie jamais à court d’idées au niveau riffs. Puis les titres suivants, assez longs et variant les climats, des ambiances lourdes (" Majestic ", " Walking with gods ", " Gratitude " sur lequel le chant se fait mélodique) au tempo élevé ("Lightbringer " constamment relancé par des breaks vocaux dont Jaz a le secret) en passant par des rythmes plus incertains, alliant lourdeur et speed avec un certain panache (" Judas goat "), enfoncent le clou, confirmant l’équilibre et la varieté de cet album qui va asseoir Killing Joke sur le trône indus aux côtés de Ministry. Avec toutefois l’avantage d’une plus grande expérience, ce qui s’entend sur cet album novateur et maîtrisé tout en restant profondément Killing Joke dans l’esprit. Magistral, ni plus ni moins .




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.