> Critiques > Labelisés



C’est loin de la nouvelle vague que Phoebe killdeer a choisi de reprendre contact avec nous. L’australienne, adepte de l’insularité avait quitté les studios de Marc Colin et son laboratoire duquel sont sortis certaines des pires reprises de ces dernières années, pour se réfugier dans un cerveau. Décoré par un Michel Gondry en devenir, le cerveau en question est un train fantôme très agité. On y boit du moloko pour se redonner de l’entrain, on y prend des douches pour ne pas garder sur soit les toiles d’araignées et autres détritus déposés pendant notre fuite, on fait la manche avec une guitare folk sortie de chez un brocanteur en faillite. Disque fourre tout, weather’s coming est l’histoire de ce voyage intra cérébral, la bande son d’un film que David Lynch aurait réalisé avec Tim Burton. Impossible d’y coller une étiquette, sauf une réinscriptible. Fan de tous poils, venait vous frotter à cette nouvelle vague, entre jazz, rock, folk, blues, americana….bienvenue chez elle et son short straws.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.