> Critiques > Labelisés



Les plaisirs minuscules par la faute d’un auteur obscur géniteur d’un "chanteur" peine à jouir, sont collés à une étiquette entre "bobo-isme" (ah les mots en isme) et pétainisme, le retour aux valeurs simples de la patrie. En écoutant Interior Design, EP de Ruacutane je me disais que cette écoute faisait partie des petits plaisirs qu’il me sera pour longtemps agréable de me donner. Jérémie, Xavier, Sandra, Renaud et Nicolas se sont alliés pour jouer une musique aussi câline que profondément addictive. Sans y paraître ils signent des pop song desquelles les références volent en éclats et se retrouvent en miettes dans un même morceau. De l’éclatant Just For A Coda (on en rêverait sur une compilation ADA de ce titre) à tea spoon décontracté et désinvolte (cela me rappel la réflexion de Tom Barman sur Will Oldham pensant que celui-ci pouvait écrire une chansons que une cuillère et nous émouvoir….Ruacutane y arrive au moins dans le tire). C’est une belle goutte de rosée un matin sur des fleurs, c’est la senteur de l’herbe venant d’être coupée, c’est le vent chaud sur une plage en Septembre, c’est la plume dans le creux de mon dos (Delerm sort de mon corps) c’est surtout le plaisir simple d’entendre des chansons faites pour nous. Gros coup de cœur.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.