> Critiques > Labelisés



Onzième album de Rothko, oui onze, onze pages d’une exploration qui ne finit de nous fasciner, de nous hypnotiser. Entre voyage intérieur et exploration de l’univers le plus proche, Rothko aligne des plages pour en faire un paysage différent. De ce son si reconnaissable, Rothko n’en fait pas sa prison, mais perce au plus profond la raison de son obstination. Elevent stages of intervention dynamise le moment de son écoute comme Labradford pouvait glacer même l’été le plus chaud. Accueillante et fragile, la musique de Rothko rend hommage aux liens et au fil d’Ariane qui nous guide tous vers on ne sait où. Ce onzième disque est un pas de plus dans la construction de cette histoire, une fenêtre ouverte à condition que le rideau pas totalement accroché puisse lui aussi se laisser porter. L’art de transporter.