> Critiques > Labelisés



Teresa Iturrioz pourrait finir dans un film de lynch que le monde de la musique n’en serait pas surpris. Physiquement elle semble avoir été dessinée par le maître des fous, et musicalement elle se décale aussi vite que sailor et lula pouvait nous faire perdre pieds. Celle qui se cachait derrière Le mans se présente donc sous le nom de single, pour une album du nom de pio pio. Véritable boite de pandore, cet album se construit avec des matériaux tous aussi différents les uns des autres, mais avec une maestria qui ne pourrait que laisser de marbre les auteurs de patchwork. Passant du trip hop à la pop en esquissant dans le même jeu de jambes un pas de reggae, Single se singularise. Avec pio pio c’est votre discothèque qui risque de souffrir de déplacement que vous pourrez exécuter sous le senor invierno bourrasque coll que les arrested developpement avaient du abandonner faute d’aile. Celles de single sont fines, ceux sont celles d’un moineau qui a plus d’un tour dans son sac. Un pied énorme ce disque de chez elefant records.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.