> Critiques > Labelisés



Tout droit venant du pays des kangourous (je garde toujours à l’œil que certains d’entre vous sont très à cheval sur les lieux communs tintinesque) Space March a du habiter l’ile mystérieuse une paire d’années pour oser sortir cet album. Il y a vingt ans New Order explosait déjà les codes même de l’electro et du rock et depuis des groupes réussirent le pari avec plus ou moins de succés (Dearsure à Depeche Mode). Un chant qui aspire de l’helium avant de se lancer, une bonne dose guitare rageuse et des refrains à finir dans vingt ans dans une tournée des has been entre la Desireless local et la Julie Pietri de Sydney. Bon attention, Space March ce n’est pas non plus Partenaire Particulier, l’homme boxe dans une catégorie au-dessus, mais s’étant fait berné par un nain sur une terre au milieu de nulle part , il a accouché d’une musique qui souffre d’une maladie terrible qui nous fait vieillir rapidement. Les discothéques sont en alertes, Space March va sortir son gros tube (canadian girls) et quatre boites de renny ne feront rien pour votre estomac, le pauvre. Quelque chose de désuet et de touchant à la fois.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.