> Critiques > Labelisés



Batman sur la banquise rencontrant un Spiderman dejanté s’accouplant frénétiquement avec wonder woman en string lamé. Depuis ce combat de titan la banquise se fait rare en Suede. Enfermé dans cet igloo une bande de maboul emmené par le sosi du bucheron de Muse, dégivre donc cette banquise d’une façon pas si idiote que cela puisse paraitre. Si les morceaux affichent une certaine tendresse, le groupe évite l’ecceuil de la froideur qui a consumé Gus gus et rendue Bjork si distante.Si son matériel de base est blanc, Superheroes aura le don de le tendre de façon multicolore. Ce groupe vient d’une Suéde parallèle, celle non loin du pays des teletubbies. Mieux que de nous les geler cette touchante bande d’hirsutes réchauffent de la façon la plus intelligente les funestes années 801 avec un gros nez rouge et le rire comme seule note. L’anti morosité à ce niveau rend superheroes le compagnon de jeu quand will oldham est parti pour des vacances lointaines.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.