> Critiques > Autoproduits



Il y a de la vie. Bordel il y a de la vie dans les écrans. Pas dans les votres, là où on prophétise la mort. Non chez zéro degré, la vie y est chaude, elle respire, elle est en danger, elle aime, elle existe. Ah oui le réveil est difficile, rude, on y croyait tous à ce qu’ils disaient (c’est qui ils ?) on ne pensait qu’à cela d’ailleurs. Mais il n’y avait pas la vie, on en dessinait les contours floues, face à notre regard malade. Bonjour la vie et pas merci pour aimer ta sœur la mort, mais hein de toutes les façons on finira nos phrases ainsi, de tout façon, on jurera au grand dieu que l’on existe autrement que dans l’écran. Zéro degré est avare, il cuisine il consigne, fait des achats payant, pèse la marchandise, ne disperse pas les lignes, ne fait pas des nœuds, il joue juste, juste et bien, parallèlement à un programme froid mais ambitieux…la vie. En voyant la mort ici un ange a décidé de s’immoler (c’est con un ange) en regardant par la fenêtre un enfant a couru pour jouer dans l’herbe (c’est beau et vierge un enfant). Une esquisse de vérité est ici, elle tend à la main car elle est bien mal en point la vérité, zéro degré lui continue à essayer de la réanimer. On recherche et on va trouver car il y a de la vie ici, nos espoirs sont aussi les siens. Plein d’espoir.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.