> Critiques > Labelisés



Concept album autour d’une tradition ancestrale de manger dehors dans des conditions souvent précaires mais dans un contexte fort agréable, le Pique Nique est un sandwich roboratif avec autant de couches qu’il est nécessaire d’avoir pour ne pas regretter un saucisse lentilles au coin d’une table. Ce Pique Nique là est loin de la ligne claire que ce splendide vinyle semblait nous offrir. L’ouverture cradingue, pas sans nous rappeler un morceau de Thomas Fersen, nous coupe à la fois l’appétit et notre inhibition prend ses ailes. En quatorze titres c’est un univers musical qui se colle à une histoire imaginée par Albin de Simone. On y croise les frères Nubuck en anti-mondialiste (ronald est seul) , Jeanne Cherhal en plein délire autour de la dent (la chanson de sophie foie), Remy chante dans un film des années 50 (quand arriverons nous en Bretagne), Parrondo pour une note d’exotisme de tendresse et de chaleur mexicaine (despues de la lluvia), un âne de compagnie pour une ballade rupestre chez crooner mic action (donkey speech) ou un pic pic de tcharlz tout droit sorti d’un disque de Boby Lapointe, une chanson de colonie de vacances pour ados attardés. Albin de Simone y ira aussi de sa chanson à la douceur sadique (mes amis), brother roger nous offrira une folk song sous une lumière calme (never liked… "), henri bingo plonge acapulco dans l’intime alors qu’enfin major deluxe signe un post rock digne de Gastr Del Sol, pas loin d’un vrai moment de grâce. Ce vinyle à la ligne claire n’est pas sans nous rappeler les disques livres de notre enfance, avec ici une ligne claire et des idées irrésistibles de grands enfants bien heureux de cette jolie histoire. Jubilatoire.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.