> Critiques > Labelisés



Un peu poissards les Frank And Walters quand même. Une signature en 1991 sur un label qui a de la tronche (Setanta). Une série de Eps porteurs de titres estimables et estimés (" Fashion Crisis Hits New-York ", " Michael "). Des concerts jouissifs ouverts par des groupes dont les biographies s’étendent aujourd’hui sur plus de pages qu’eux dans les encyclopédies du rock (Suede, Radiohead, ce genre). Poursuivons : un enregistrement avec Edwyn Collins, Top Of The Pops, le NME et Melody Maker à genoux, " After All " et son refrain entêtant… Puis une période sabbatique pas sympathique et un inventaire qui s’achève avec un Best Of en 2002. Tout cela sentait le caveau de famille. Un caveau vers lequel l’absence de ventes et le caractère tristement anachronique de certains de leurs travaux (leur quatrième album Glass par exemple, paru quinze ans trop tard et cinq ans trop tôt selon le batteur Ashley Keating) les poussèrent progressivement. Alors, en 2005 le monde a-t-il besoin de cette double collection de faces B inédites, de raretés, de reprises diverses (" Falling Out of Love " des Magnetic Fields ou " Cemetery Gates " des Smiths, déjà connue des lecteurs des Inrocks), de remixes ou de versions alternatives ? La question se pose mais cède rapidement à l’écoute du bien nommé Souvenirs, double album accompagné d’un troisième offert en téléchargement ainsi que de deux vidéos. L’énergie jubilatoire de l’indie-rock frondeur tel que pensé par Paul Linehan, Ashley Keating et désormais Kevin Pedreschi traverse de part en part cette somme jamais pesante annoncée en octobre par le single You Asked Me et lancée en éclaireuse avant la parution d’un nouvel album en Avril. La version alternative de " How Can I Exist ", l’indispensable remix de " Take Me Through This Life " par Kevin Shields ou le refrain quasi hymnique de " Fast Anthony " justifient à eux seuls la revente de vos bootlegs de Supergrass achetés à prix d’or sur ebay pour mieux rendre à Frank ce qui appartient à Walter. Dernier argument en direction des indie-footeux fétichistes, Souvenirs paraît sur le label FIFA… Alors, coupe au bol pour tout le monde ?




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.