> Critiques > Labelisés



S’il fallait donner un nom à l’art de ne pas faire ressentir le long labeur, the white birch signifierait à merveille cet état. Coming up for air a nécessité plus de trois années de travail pour accoucher de chef d’œuvre comme le spatial Your spain qui met dans la peau d’un sauteur de haut vol dans une mer sans vague. Come up for air et de ces disques qui prennent le temps de s’installer et de nous couver. Repèré ici par le déjà somptueux " the days are hard to ignore " de portrait of David, Ola flottum continue de nous bercer, de nous prendre dans des mélodies au bord de l’extinction, en phase d’avant dématérialisation. On on souhaitait cet avenir à Tim Booth qui aurait adoré écrire cet album de folie légère, pouvant même donner des envies de reprendre les choses à ses débuts pour Belle & sebastian (we are not the ones). On souhaiterait en fin de compte à tout le monde de tomber sur cet album, de se plonger en lui et d’acquérir une quiétude salvatrice. Grand disque lumineux et calme. White crystal.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.