> Critiques > Labelisés



Après dans la peau de John Malkovitch voici dans la tête de Tom Yorke ou plutôt The Eraser, sorte de double musical de la neurologie quelque peu contrarié de Tintin au pays de la pop rock chercheuse. Nous attendions une suite à Hail To The Thief et nous avons le droit à un au secours je dois chanter au pays des machines et des contrariétés. Thom livrait dernièrement une confidence à vous faire froid ans le dos, il flippait chez lui avec famille au complet, le trop plein lui faisait perdre les pieds et l’envie de partir se faisait présente. On imagine parfaitement ce petit bonhomme quittant la nuit femme et enfants pour rejoindre un studio dans lequel ses amis habituels faisaient défaut. Notre tintin lâcha certainement ses chansons comme on vide son sac pour se sentir à la fois léger et pour mettre nos routes respectives en parallèle. Des lignes directrices croisées sur Kid A, une électronique omniprésente et étouffante en des endroits, The Eraser est le disque de Thom Yorke pour continuer Radiohead, un disque de leste, une farandole de souhait que le courage et la fatigue empêche de soumettre aux autres. Radiohead n’aurait aussi bien porté son nom qu’ici. Radio of his head.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.