> Critiques > Labelisés



Sur l’étagère du salon de Matthew Smith, tête pensante d’Outrageous Cherry, le " Eight Miles High " des Byrds occupe sans doute une place de choix parmi la masse d’albums savamment ordonnés par genre qui occupent l’espace resté vacant entre un bouquin signé Ken Kensey et un kaléidoscope offert par les potes de son groupe. Pures conjectures néanmoins pour les besoins d’une entrée en matière qui laisserait à penser que Smith et les siens alimentent une nouvelle fois leur fixette garage-pop psychédélique. A tort. Certes " Our Love Will Change The World " tient promesse en la matière ; prenez " You’ve Been Unkind " (ouh, la méchante), son solo de guitare de trois plombes et sa batterie jouée par un Droopy sous mescaline ou encore " The Unchanging Frequency ", porté par les voix traînantes de Smith, Carey Gustafson et Courtney Sheedy. Mais ce troisième album des quatre résidents de Détroit ne se réduit pas à un alignement de titres patchoulis qui comptent finalement parmi les plus faibles de cet enregistrement. Les Outrageous Cherry excellent en fait bien plus dans l’édification de miniatures pop ensoleillées. La chanson titre en l’espèce imposera sans conteste son refrain con-con dans l’esprit des plus rétifs. La plage 4, " Unless ", convoquera motif de caisse claire obsédant et guitares fuzz pour un résultat similaire. Unless vous supportiez mal les gentils gandins de Dandy Warhols. Les Outrageous Cherry ne grossissent pourtant pas les rangs des revivalistes à la Brian Jonestown Massacre. Bien plus malins. Bien plus armés de chansons solides. Il faudra cependant prendre le temps de les repérer parmi des titres plus éprouvants (" What Have You Invented Today ? " ) qui se succèdent pour la plupart en une fin d’album inconsistante.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.