> Critiques > Labellisés



Deux ans après un premier passage remarqué sur le volume 48 de nos compilations, il y a comme une évidence, une logique implacable de grande prêtresse géographique à retrouver Tardis, ce groupe constitué le long de l’A31 entre Luxembourg et Nancy et aujourd’hui hébergé sur le label La Face Cachée à Metz, sur le volume 57 de nos compilations avec le titre Ignatus.

Une évidence, une logique implacable également à l’œuvre au moment de se lancer à l’écoute de Never Grow Up. L’évidence d’un groupe qui va donner vie, au fil des douze morceaux à l’expression même titre de leur album, en affirmant avec une sincérité et une énergie débordante leur détermination à rester fidèle à une certaine idée d’un power rock indé qui les a probablement bercé au cœur des années 90 / 2000 sans pour autant s’y enfermer.

De l’énergie débordante power rock qui ouvre 1986 (Atomic Kids) puis traverse plus loin Ragle Gumm et French Movies Are Cinematic Guano en passant par le très dansant et rapturien 10 Frames Per Second ou le bel élan post-rock qui soulève les très réussis Isolation Tank et New Gods, New Stigmata, l’insouciance de l’adolescence est bien présente portée par la fougue d’une voix qui n’est pas sans faire penser à celle de Brian Molko ou Alec Ounsworth par instant.

Insouciance qui laisse néanmoins transparaître sur des morceaux plus apaisés et souvent chantés en duo avec une voix féminine tels Mad Men In Boxes, Video Nasties une certaine mélancolie qui se déploie totalement sur le sublime At The Arcade où la voix vocodérisée et plus posée se fond dans une ambiance nostalgique low-fi tirant ainsi du côté de Calc sous le regard bienveillant d’un Jason Lytle qui sillonnerait en lieu et place du désert californien le grand Est français où le groupe sera en concert le 22 octobre en première partie de Girls In Hawaï à Luxembourg et pour une date le 5 Novembre au Trinitaire à Metz.

Au vue du bien fou que fait ce disque depuis qu’il tourne par ici, on ne peut que vous conseiller de vous y précipiter si vous êtes dans les parages. On n’a pas tous les jours 17 ans. Ben si en fait. J’crois que si en fait. Et pis j’fais ce que j’veux d’abord.

A Découvrir Absolument




 autres albums


 interviews


 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.