> Critiques > Labelisés



Et si pour une fois nous nous élevions. Nous quittions nos plaines pour chevaucher notre courage afin d’emprunter les chemins sinueux aux pentes extrêmes de cette construction qu’est Off World. Sorte de muraille de Chine qui n’enferme pas, mais élève. Off World picore dans les vapeurs de toutes les musiques du monde. Au milieu de cette brume, de ces nuages, s’immisce une electronica joueuse, quasi inconnue, totalement experte dans l’idée de ne rien savoir. Elle est là comme pour nous sortir de la possible léthargie dans laquelle ces lointaines senteurs tibétaines, japonaises ou africaines peuvent nous plonger, comme des encens aux saveurs ensorcelantes. Composé de 7 morceaux, Off Word est un pied de nez orthographique, car si le monde semble courir à sa fin, Off Word est avant tout un témoignage, celui probable que des rescapés seront parvenus à cacher en haut de cette structure montagneuse, comme l’unique testament d’un monde en perdition. Un disque vaporeux, énigmatique, mais testamentaire. Of the World.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.