> Critiques > Labelisés



Pitchfork proposait récemment une liste des pochettes de disques les plus hideuses. Coup de chance pour le groupe de Glasgow Stapleton la mise en ligne du classement précédait la sortie de son troisième album. Une place attendait sans doute l’artwork de Hug The Coast pourtant signé Jesse LeDoux (The Shins, Pedro The Lion). Au chaud entre le Tarkus émétique d’Emerson Lake & Palmer et le traumatisant Sweet Sixteen de Royal Trux. Sur la foi d’une tentative figurative malheureuse beaucoup se seraient ainsi détournés du contenu de ce LP pourtant estimable. Alistair Paxton (chant, guitare, claviers) et les siens livrent ici treize titres de pop mélodique et lumineuse qui méritent mieux qu’un accessit par défaut décerné en conséquence d’une place hypothétique au sein du catalogue dressé par le webzine américain. "Capitals " triomphante cavalcade poitrail en avant donne le ton d’un album où arpèges de guitares subtils s’acoquinent avec les motifs d’une batterie intelligente en division cellulaire pour un résultat qui convoque la finesse d’esprit d’un Death Cab For Cutie. Honnête.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.