> Critiques > Labelisés



Qu’il est dur de se lever le matin pour affronter le froid glacial de la campagne, les pieds dans la neige et la tête coupée, lacérée par un vent aussi glacial que claire chazal. Le caleçon long, les gants, le manteau testé par les mabouls de l’aventure n’y feront rien, seule la mousse de mon casque muni de easy to cook réussira à me faire avaler cet hiver interminable, donnant à la neige une couleur bleutée, et au vent déplaçant la neige des toits, des allures de rouleaux magiques. Austin lace a certainement connu comme moi des problèmes de température, paraissant sur ce magnifique cd en tenue plus que chaude, le tout agrémenté de couleurs chaudes et guillerettes, comme peut l’être cette musique, qui donne au sourire des raisons de ne pas demander l’asile politique chez les adeptes odorants de bigard. Classe (wax) et entraînante l’attitude d’Austin lace n’est pas d’en montrer mais plutôt dans donner, avec la fraîcheur de l’enfant qui ne connaît pas encore les lois des grands des rancoeurs et des mauvais coups. Pop dans sa plus grande veine, "easy to cook" est le disque que l’on attendait de belle and sebastian sans son maniérisme ou des Boo radleys sans son penchant noisy. Demandant de garder notre naïveté, les Austin lace ne le pense pas pour mieux nous faire avaler ce que d’autres réussissent à faire avec de tel précepte, non ici la naïveté est aimante et formidablement mise sur un trône du bas duquel des trompettes rigolardes portent un nez rouge. Austin lace nous réchauffe, et pas que l’extérieur. Un vent chaud et doux.

62 TV records




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.