> Critiques > Labelisés



Merci Pehr d’avoir eu la bonne idée de réediter ce premier album de Delaney, projet emmené par la jeune parisienne Christelle Delaney. Aprés une sortie passée quasi-inaperçue sur le label français Lithium (Dominique A), ce sont donc les californiens de Pehr qui se proposent de nous donner une seconde chance pour découvrir ce disque. La principale impression qui se dégage est celle d’une très grande honnêteté de la part de la chanteuse, envers elle, sa musique et ceux qui l’écoute. Un peu à la manière de Julie Doiron, les chansons sont simples, chantées par une voix simple. Il n’y a pas ici la volonté de coller à une scène indie déjà existante, simplement l’envie de (bien) faire ce qu’elle a envie de faire. Le résultat est très positif. Sans être transcendant, il est touchant et très appréciable, un peu comme ces petites choses de la vie que l’on croit être le seul à voir, provocant un petit sourir. De brefs moments (quelques secondes dans la vie, quarante-deux minutes ici) mais suffisants pour instaurer une douce et involontaire complicité entre les deux partis. " A toute alerte ", " Il ne faut pas d’usage se servir des sauvages " ou " La nuit on a toujours tort " sont autant de titres qui nous font aimer l’univers de Christelle Delaney et nous font déjà esperer pouvoir écouter rapidement de nouvelles histoires. À écouter.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.