> Critiques > Labelisés



Domestic Wildlife de Daau (die anarchistiche abendunterhaltung), cinquième album des anversois c’est pas du cinéma, et pourtant, ce disque enregistré de façon live aurait pu servir à un film de Wim Wenders par exemple, quand celui-ci savait encore faire du cinéma et non pas du name dropping comme attrape mouches festivalières. Présenté comme le combat des instruments classiques avec la musique moderne, Domestic Wildlife trouve son originalité dans sa façon de distribuer les rôles à contre courant de l’histoire. On se trouve désorienté de trouver l’accordéon jouer le rôle principale de pédanterie (jolie pied de nez) et la clarinette être un instrument émouvant le temps du morceau phare, le très beau wish you where it. Univers à part (un de plus dirons les déjà nostalgiques de Pluton) Domestic Wildlife redonne à la musique instrumentale un intérêt autre que le comblement du vide sonore, une certaine idée de la réflexion par le son.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.