> Critiques > Labelisés



Ce qui frappe dans l’album I Think We’re Dead, c’est d’abord la voix d’Ooti qui donne une couleur et une richesse différentes à chaque titre et se révèle tour à tour céleste, murmurante, inquiétante, réconfortante, chaude, rock et envoûtante. Et puis l’univers foisonnant de John Trap, son comparse de la Boîte à OoTi, qui se déploie d’un titre à l’autre, oscillant entre chimie musicale et clins d’oeil cinématographiques.

Les tympans sont d’emblée accrochés par The World Before You, fantastique morceau avec une boucle de guitare obsédante et un sample basson&clarinette emprunté à la musique de la Belle au Bois Dormant, où la voix délicate d’Ooti vous transporte, et vous donne furieusement envie d’appuyer sur le bouton repeat de votre télécommande. Un symptôme similaire se produit avec The Picture, dont la ritournelle peut rester plusieurs heures dans la tête et Electric Sun, où la voix prend corps et la guitare bouscule vos hanches. Rendez-vous est pris avec l’étrange sur The Hole, avant d’arriver à Ouhwahahou, au texte organique et terrestre accompagné d’un piano qui vous plonge dans un bain chaud. Les chœurs enfantins en ouverture du titre Il me semble, seul habitant francophone de ce disque en anglais, sont portés par une guitare très Floydienne, et une fée de l’au-delà sur We are Two vous murmure des mots étranges à l’oreille sur des boucles de guitare fluides et un xylophone cristallin. Love Song for a Snowman mérite une place de choix dans la BO d’Eternal Sunshine of the Spotless Mind, et les planants Twenty-five Years et The Ants are Haunting montrent une fois encore l’étendue vocale d’Ooti, tantôt grave et profonde, tantôt ténue et mystérieuse.

Un très bel album, surprenant, dans lequel Ooti joue le rôle de la petite sœur qui vit dans votre grenier imaginaire, descend vous voir pendant votre sommeil, vous prend par la main et vous invite à monter la rejoindre dans son univers musical féérique, où vous attend de pied ferme le magicien John Trap, passé maître dans l’art du téléscopage d’atmosphères.

Pour mémoire Ooti a repris le Détour avec la Boîte à ooTi sur le tribute to Remué, et a proposé une version étonnante de 2043 en solo, sous forme de conte électronique déjanté sur le tribute to Fantaisie Militaire.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.