> Critiques > Labelisés



Quel joyeux foutu bordel, cet album de Fat Supper ! La douce sensation de retrouvailles inattendues avec des amis de longue date, pas forcément perdus de vue, mais négligés. Pas de temps d’adaptation : tout de suite vraiment présent, la réponse fuse sans appel. Les mêmes goûts, les mêmes envies aux mêmes moments, une connivence. Pas besoin d’emprunter quatre chemins, mais aller droit au but. Spontané et libre, stimulé et inspiré, voilà dans quel état ça nous met ! Un grand coup de balai dans la tête, les fantômes oubliés, pour laisser la place à un simple plaisir d’en être, de vivre aussi et surtout pour ces rencontres. Alors bien sûr, on est toujours déçu que ça prenne fin si vite, qu’on ait à peine eu le temps de faire remonter la température interne. Mais comment ne pas accueillir à bras ouverts ce grand bol d’air qui nous sauve de la suffocation !

Un plaisir à partager en groupe ! C’est qu’avec Fat Supper, on se retrouve dans la mêlée avec des gens qu’on a tant aimés : on pense aux premiers albums de dEUS et à ceux de Rudy Trouvé (sur Knowledge & feeling par exemple) pour cette capacité à passer d’un style à l’autre, animé par un esprit frondeur et aventurier. Mais aussi à Kurt Wagner et Lambchop, que la voix de Léo Prud’homme et que la musique teintée de soul du groupe font résonner sur des morceaux comme Gravity none ou Stuck in a flat. Et encore Pavement (Step back et le terrible Basement), Red (bien sûr puisque Léo a été un temps clavier du groupe), et surtout l’ombre des Married Monk et de Christian Quermalet, qui plane sur l’album comme le platane au dessus des tables de la terrasse du bar d’en bas. Tous réunis et attablés, Every nobody, avec cette insatiable envie de bavarder pour le plaisir jusqu’au bout de la nuit, de s’offrir ces petits moments où tout peut vaciller, car nous voilà en mesure de casser la baraque, de la démonter brique par brique, tuile par tuile, de rallumer la flamme, de nourrir l’étincelle et de faire partir quelques dizaines de litres d’essence en fumée. Fat Supper redonne le putain de goût du rock’n’roll !




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.