> Critiques > Autoproduits


  • 8 octobre 2011 /
    Heligoland
    “All Your Ships Are White” (Site)

    rédigé par gdo
      notez cet album


Ce disque pourrait presque être le sujet d’une thèse philosophique, « pouvons nous nous satisfaire de l’ennuie ». Je sais c’est cruel, d’autant plus que le groupe est présent sur le volume 23 des compilations ADA, mais c’était sciemment, car j’aime cet ennuie. J’aime me perdre dans ce surplace, être figer comme dans le pied d’un verre de cristal.

Musicalement Heligoland trouve son inspiration dans la discographie des Cocteau Twins, ou pour ceux qui connaissent Clannad. Le son date de cette époque, il est hermétique à la basse, ici on joue avec des sonorités plus « aigue » plus tranchante, glaciale. Cette froideur toute relative est contrebalancée par le chant de Karen Vogt qui elle parvient à jouer une palette large dans les sonorités, grimpant et descendant sans fausses notes.

Mais ne cachons pas la chute, ne la tirons pas de son lit alors qu’elle est entrée dans un sommeil profond quand la belle au bois dormant. Aux commandes, à la production ne se trouve Robin Guthrie, ceci explique probablement cela. Reste juste à savoir si les australiens cherchaient le son des Cocteau Twins ou si c’est le son des Cocteau Twins qui a trouvé le groupe ?

Cela ne fera pas avancer le schmilblick, on restera attaché à ce disque comme on l’est d’un certain cinéma contemplatif et du temps qui s’étire. Mais on ne pourra jamais vous raconter le vrai état dans lequel nous sommes tombés à son écoute. Une histoire de sous tension.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.