> Critiques > Labelisés



Le Mc5 est de retour nous dit on, probablement à l’écoute de l’enorme blue cathedral, véritable machine à engendrer les rouleaux dévastateurs à vous faire tomber de votre planche sans même vous autoriser la moindre figure de style. Direct cette musique se veut et elle l’est, n’autorisant que la batterie à donner le la et à un clavier de changer d’époque (pussy foot the duke) quitte à désorienter blue cathedral sous son coté dévastateur est un album d’une clarté (whiskey river) et d’une abondance dans les trouvailles rares. Blue cathedral est certainement l’album que les membres de Mogwaï ont un rêve mais qu’ils n’assouvissent pas depuis leur pacte avec le post rock. Comment ne pas fondre sous organs, comment ne pas voir morphine le dernier des mohicans du cuivre sous l’impitoyable et grandiose the antlers of the midnight sun ? Un monument érigé tout de bleu, tout de son harmonieusement laissés en désordre (brotherhood of the harvest) ou anarchiquement beau (wild whiskey). Bombe dans ce rock de fils de bonne famille (vous croyez aux strokes ?) Comets on fire a décidé de décoller l’asphalte de la route et d’y faire pousser des monuments bleus. Pour les apôtres la cathédrale est dressée. Énorme.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.