> Critiques > Labellisés


  • 25 janvier 2010 /
    Minnaars
    “Of Our Delirious Former Loving Hours” (Hip Hip Hip)

    rédigé par gdo
    6 votes
      (5/10 - 6 votes) notez cet album


Aussi sexy qu’un sac d’endives que l’on garderait pour les fourrer dans du jambon, Minnaars a une particularité qui n’est pas banale. Non ce n’est pas leur venue de la très enviée (sic) ville de Leicester. Ce n’est pas non plus un penchant pour l’art antique, et encore moins une connaissance de la langue si belle à nos oreilles de nos amis bataves. Non Minnaars est probablement le seul groupe de Math-Rock à nous faire danser, à mélanger ce genre parfois si ennuyeux pour nos corps, avec du disco, du funk, rappelant presque par moment les belles heures de Bloc Party. On défiera avec plaisir tout ceux qui pourraient se présenter sur une piste de dance, en leur imposant « To Jackals » ou la rencontre improbable entre Propaganda et Chevreuil. Réalisateurs de mariages contre nature, Minnaars donnent une bonne claque à tous les poujadistes qui refusent de se mélanger, sous le prétexte que la valse des étiquettes c’est pendant les soldes. Et bien Minnaars rasent gratis, et continuent son bal effréné comme des derviches tourneurs punk, comme sur l’accrocheur « Spell With A K Not A C ». Si le disque arrive tard pour les référendums de fin d’année, il pourrait avoir sa jurisprudence pour l’année prochaine, car on ne va pas quitter le monde Minnaars de si tôt. A découvrir absolument (et moi de quitter mon clavier les mains en l’air en reprenant le déboulonnant « Busy Hands »)




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.