> Critiques > Labelisés



Les voyages forment la jeunesse se plait on à dire, mais il s forment aussi des groupes. Ce sont trois toulousains expatriés à Montréal qui sont à la genèse de Montréal On Fire. De retour dans la ville rose (mes amitiés rugbystiques me feraient plus tôt pencher pour le rouge et noir) le trio se transforma en quatuor s’acoquinant d’un guitariste supplémentaire. Ensemble ils mirent deux ans à imaginer puis à écrire ce « Decline & Fall ». Fort de cette culture Montréalaise absorbé par tous les pores possibles de la peau, MOF ne clone pas le post rock séminal du Canada, mais l’utilise pour le marier avec une matière plus bruyante, moins contemplative, mais tout aussi explosive. Si le parti prix est de ne pas jouer avec les amplitudes, mais même d’assécher l’espace pour mieux étouffer, MOF parvient à jouer « All Thing Lie », titre à la lisière de l’intime, une plaie béante dans ce disque étouffant, mais porteur d’une force de propulsion énorme. Disque de jeunesse formé par un voyage, « Decline & Fall » fait de l’étouffement une sortie de secours pour ne pas tomber sous le poids d’une charge émotionnelle que le groupe sait d’avance trop grande. Montréal brule de mille feux ici, et les pompiers sont inviter à se rhabiller bien vite. Après son rock blanc et situ, Toulouse est toujours une ville froide, où il fait bon écouter cette musique.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.