> Critiques > Labelisés



Jeu qui ravi les somnambules, ou les parents dans l’incapacité de faire tenir sa progéniture à l’arriére de leur monospace, la digression permet un voyage dans le langage, une ballade partant d’un point vers un alter pas très égo. De cette mécanique jamais bien loin de l’esprit de la beat génération, c’est l’esprit qui en sort vainqueur, lui prenant le pouvoir sur le cartésianisme et ses dérivés jamais bien loin d’une forme de totalitarisme. Avec DLGZ Rock 5et la digression est un art de combat, une philosophie littéraire que le groupe décline ici de façon musicale. On commence par du jazz, on fini par de la techno ou du rock, ou inversement, ou pas du tout. L’accident n’es pas prémédité, ce qui est prémédité, c’est bien l’absence totale de direction unique, de chemin droit comme le bras d’un légionnaire un jour de défilé du 14 juillet. Si on pouvait parler d’indigestion sur le précédent EP, sur « New Tricks For Old Dogs » on parlera de musique roborative mais pétillante, un vrai feu d’artifice qui pourrait voir se rencontrer dans une même pièce Tortoise, Shellac , Radiohead, Aphex Twin avec un moustique mutant au chant. Aux antipodes de la consommation rapide, DLGZ Rock 5tet développe une musique de survit, une ablation de cette tumeur qui gangrène notre société, l’identité par les gènes.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.