> Critiques > Labelisés



Si vous suivez l’actualité musicale par le prisme des chroniques acerbes et à la mécanique d’horlogerie qui n’a d’égal que le moteur d’une Ferrari, vous avez déjà entendu parler de Kaolin, nous vous avions présenté le groupe alors qu’il en était encore au stade la démo. Par la suite Kaolin avait perdu notre adresse, la roche n’étant plus friable, elle pouvait vivre sans nous, et qui s’en plaindra. Certainement pas nous, car en dépits d’un succès inattendu avec un single qui pouvait très bien entrainer le groupe vers un plateau télé à une heure de grande écoute, celle pendant laquelle votre corps semble maudire le poste de pilotage. Pour certainement évacuer une renommée brutale, Guillaume Cantillon a sorti un bâton, une nappe à petits carreaux, a fait un nœud après avoir pris sa guitare et quelques saintes écritures, et, est parti loin, enfin pas si loin, il est parti dans son passé. Avec celui-ci Guillaume entretient un rapport touchant, une vraie nostalgie quasi naïve, mais quand les ombres traversent un visage la naïveté les gommes tangiblement. Ces chroniques de son enfance et de son adolescence oscillent entre peine de cœur, couleurs vives, odeur et goût guillerets. « Des ballons rouges » pour le définir assez simplement est un disque folk qui serait celui de Mendelson, si ses membres avaient vécu loin de la ville déshumanisée. « C’était vachement bien ! » en est l’exemple type, quand Mendelson se souvient c’est en gris et personne ne peut taper dans ses mains, elles sont dans des poches de dépit, alors que chez Guillaume les mains se rencontrent et la couleur n’est pas seulement celle des bonbons. Disque de la transition qu’elle soit artistique ou de la vie, « des ballons rouges » souffre de chansons facilement délestables, ce premier album solo redonne la banane, pas celle du Velvet, celle d’une certaine idée de la pop et du folk. « Hello ! Hello ! Hello ! »




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.